Ensemble scolaire

Le projet éducatif

« Ayez le souci de tous, les tenant présents dans votre esprit et gravés dans votre cœur, un à un, et non seulement leur nom, mais leur condition, leur tempérament, leur état, et tout ce qui les concerne. »

Ste Angèle Merici – T.2 A.9

Blanche de Castille est un ensemble scolaire catholique sous contrat d’association avec l’État. L’établissement est sous tutelle des Ursulines de l’Union Romaine (depuis 1627 à Nantes), dont le projet d’éducation s’inspire des écrits de Sainte Angèle Merici. Blanche de Castille est attentif à accueillir et à valoriser chacun, dans tous les aspects de sa personne.

Les mots des chefs d’établissement

Christophe GAUTIER

Chef d’établissement du 2nd degré
& Coordinateur de l’Ensemble scolaire

Faire de sa vie un combat pour laisser derrière nous un monde meilleur…

Valérie BOTON

Chef d’établissement du 1er degré

Les écoliers d’aujourd’hui sont les adultes de demain. C’est une vraie responsabilité que nous prenons en accompagnant vos enfants, et notre engagement s’inscrit au cœur de cette réalité.

C’est en équipe, au service de vos enfants, que nous voulons les faire grandir, en cohérence, dans un parcours adapté au plus près de chacun, dans un respect mutuel nécessaire.

Si la bienveillance seule peut être fragilisante, associée à l’exigence, elle devient structurante et salvatrice. Elle est alors gage d’épanouissement et de construction de soi.

Nous, et vous parents, sommes partenaires dans ce challenge motivant. Soutenons nos enfants pour qu’ils soient heureux, encourageons-les à réaliser leurs rêves.

Dans les pas de Ste Angèle, faisons nôtre ce proverbe canadien : offrons-leur « des racines et des ailes » !

Le conseil de direction

Christophe GAUTIER

Chef d’établissement du 2nd degré & Coordinateur de l’Ensemble scolaire

Valérie BOTON

Chef d’établissement du 1er degré

Sandrine JEANNEAU

Adjointe de direction Collège et ULIS

Hervé MAUDUYT

Adjoint de direction Lycée et CPGE

Tiphaine PERES

Adjointe de direction Pastorale

Ségolène de Quatrebarbes

Ségolène DE QUATREBARBES

Adjointe de direction Vie Scolaire (Collège, Lycée et CPGE)

Christophe CROCHU

Attaché de gestion

Le conseil d’administration

Président

Didier ALLAIN DUPRÉ

Vice Président

Michel GRAC

Trésorier

Philippe SANQUER

Secrétaire

Olivier CAVE

Conseiller

François BAZIN

Conseiller

Dominique JOUANNEAUX

Conseiller

Martial MANCHEC

Conseiller

Gildas MARTIENNE

Conseiller

Antoine PLATEAUX

Conseillère

Valérie SENNEGON

Conseiller

Adrien PESSU

La communauté ursuline

Blanche de Castille a été fondé par les Ursulines. Celles-ci font œuvre d’éducation à Nantes depuis 1627.

en savoir plus

Sœur Brigitte BRUNET, provinciale des Ursulines de France Belgique Espagne, est responsable du réseau des établissements mériciens : 25 établissements, tous acteurs du projet de l’Enseignement Catholique et liés par contrat à l’État et donc reconnus comme étant au service de tous. Un réseau de 25 établissements, c’est un peu comme une grande famille : la famille méricienne. Méricien, un adjectif qui vient du nom de la fondatrice des Ursulines : Sainte Angèle Merici. Le projet éducatif des ursulines — et donc celui de Blanche de Castille — s’inspire de la pensée de Ste Angèle.

voir la carte

L'histoire de blanche

1535

1535 : Angèle MÉRICI fonde la Compagnie de Ste Ursule à Brescia (Italie), dans une société en pleine mutation. Elle innove avec audace et invite des laïcs à collaborer au gouvernement de sa Compagnie. Ses Écrits sont inspirés par une pensée éducative forte, solide et ouverte, et une pédagogie spirituelle centrée sur la personne. Dès la fin du siècle, les fondations Ursulines se multiplient en France, avec toujours à la fois un Monastère et une École. 

1627

1627 : Les religieuses Ursulines arrivent à Nantes. Elles s’installent à l’emplacement actuel du Lycée Clémenceau et ouvrent une École : un externat gratuit, pensionnat pour les filles, école du dimanche pour les pauvres. Tout au long des 17e et 18e siècles, l’œuvre d’éducation se développe et le monastère s’étend jusqu’à l’actuel jardin des Plantes.

1639

1639 : une Ursuline missionnaire – Marie de l’Incarnation – établit un monastère à Québec et fonde la première École de filles en Amérique du Nord.

1792

1792 : la Révolution Française vient frapper douloureusement la Communauté. Les religieuses sont dispersées, l’École devient un bien national et leur monastère devient hôpital puis lycée d’État. Plusieurs religieuses connaissent la prison et certaines y trouvent la mort. Le 2 mars 1794, Mère Angélique Berthelot est arrêtée et guillotinée Place du Bouffay, pour avoir continué à enseigner le catéchisme.

1806

1806 : une autorisation impériale permet aux Ursulines de se regrouper près de Saint Clément (aujourd’hui caserne des pompiers) et de rouvrir une École. Elles reprennent donc leur activité d’éducation à Nantes.

1900

1900 : à l’appel du Pape, de nombreuses communautés d’Ursulines dans divers pays du monde se groupent pour former “l’Union Romaine de l’Ordre de Sainte Ursule”. Aujourd’hui, les Ursulines de l’Union Romaine sont présentes dans 34 pays.

1907

1907 : au début du XXème siècle, à l’occasion des lois de séparation des Eglises et de l’Etat, des menaces pèsent sur toutes les Congrégations enseignantes. Les Ursulines de Nantes sont expulsées manu militari au petit matin du 4 mai 1907 et doivent s’exiler. Avant leur départ, quelques religieuses ouvrent un “cours Blanche de Castille”. 

Jusqu'en 1921

C’est l’exil en Belgique où les Ursulines poursuivent tant bien que mal leur œuvre d’enseignement. À la fin de la Grande Guerre, elles rentrent à Nantes progressivement jusqu’en 1928.

1928

1928 : la Communauté se reconstitue sur la propriété du « Plessis Tison». Dès l’année suivante, on construit l’école paroissiale Ste Angèle. Suit le bâtiment de la Communauté avec la Chapelle et l’Externat pour les classes : l’Institution Blanche de Castille ouvre ses portes. Elle subit l’occupation pendant les années de guerre, puis se développe au cours de la seconde moitié du XXe siècle. 

1961/1967

1961-1967 : des contrats sont passés avec l’État : contrat simple d’abord, puis d’association.

1965 et 1970

1965 et 1970 : construction d’un réfectoire et d’une salle de sport, puis du bâtiment du Primaire.

1980

1980 : construction du Collège.

1990

1990 : la direction du Collège/Lycée est confiée à une Directrice laïque. Blanche de Castille prend une dimension européenne avec des classes bilingues. Un nouveau bâtiment sort de terre pour accueillir le Lycée, l’internat et le gymnase.

1991/1995

1991-1995 : l’Établissement devient mixte au Lycée, puis au Primaire et au Collège.

2001

2001 : ouverture de la classe FLE (Français Langue Étrangère).

2002

2002 : ouverture de l’ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) au Primaire, pour des élèves avec une déficience cognitive.

2006

2006 : pose de la première pierre du Pôle Scientifique.

2008

2008 : ouverture de la Classe préparatoire aux Grandes Écoles B/L. Ouverture du dispositif ULIS au Collège.

2014

2014 : ouverture de la section binationale espagnole : Bachibac.

2016

2016 : lancement d’un important projet immobilier pour la rénovation de l’ensemble du site. 

2017

2017 : ouverture de la Section Internationale Britannique.